CONCERT Samedi 3 avril dès 19h pour clôturer le Festival !

Publié le par Free Palestine

aFFICHe-A3-CONCERT.jpg

 


Deux semaines durant, des étudiants ont investis leurs universités pour rendre hommage à un combat : celui du quotidien, de chaque instant… celui des Palestiniens.

Afin de les soutenir dans leur initiative, plusieurs artistes manifesteront leur sympathie à l’égard de ce peuple qui, riche d’une culture ancestrale, a su la faire valoir aux moments les plus douloureux de son histoire.

Entre rap français et dabkeh palestinienne, il n’y a qu’un pas… vers la solidarité.

 

Se partageront la scène de la ligne 13 :

      -  Le rappeur Médine

Fort de sa plume corrosive, le rappeur Médine a toujours dénoncé les injustices en France et par delà le monde. Ses textes font état d’une situation de crise généralisée. Celle en Palestine a devancé ses mots : « besoin de révolution ».

Il sera à nos cotés, solidaire, affirmant comme à son habitude son soutien envers le peuple palestinien et nous offrira un « tour de rap » qui marquera un temps fort dans cette aventure du « Festival Printemps Palestine » 2010.


-
  Les musiciens du groupe Family of the music

     Ce duo venu tout droit de Naplouse, en Cisjordanie, reprend les chansons du répertoire palestinien au son du oud et de la derbouka, entre tradition et modernité. 


-
  La troupe de dabkeh du camp de réfugiés d’Askar (Naplouse)

La dabkeh est la danse traditionnelle palestinienne. Pour autant, elle est, à ce jour, aussi vivante qu’autrefois. On la retrouve généralement dans les mariages mais elle s’invite à chaque évènement festif. Cette danse est souvent vue comme l’illustration de la joie de vivre des palestiniens mais aussi comme le symbole de leur résistance culturelle.

 

      -  Le groupe de rap Gaza Team                                                                           

Gaza Team a été créé à l’initiative de l’artiste franco-algérien Naili après sa tournée dans les territoires occupés palestiniens en 2005. Après  avoir participé aux ateliers hip-hop animés par le rappeur et organisés par le centre culturel français de Gaza, ces jeunes artistes gazaouis ont été pris en charge par le Nailklan pour un suivi artistique qui a abouti à l’enregistrement et la sortie de leur premier album en 2008.

Leurs textes, en arabe, font office d’exutoire, pour crier leur colère, leur peine mais aussi leur espoir. Ces sentiments convergent vers Gaza, la résistante comme l’enfermée.

Tarif de soutien : 8€

Salle La ligne 13 : 12 place de la résistance, 93200 Saint-Denis
> Métro 13 : Porte de Paris

Réservation : festivalprintempspalestine@gmail.com 

Commenter cet article